Travail de Décembre 2019

Coccinelle

Séance du 15/12/2019 : reprise du travail pour Coccinelle.  Beaucoup de travail à pied dans la première parcelle,  Coc’s était vraiment sur l’œil et il a fallu reprendre les bases : marcher en main, tenir les distances minimums, l’arrêt sans bouger. On a fait la montée de la sortie de parcelle, la première ce fut compliquée, la deuxième fois fût plus simple, mais Coc’s a voulu se rouler, j’ai du gronder pour lui expliquer que ça ne se fait pas quand on travaille.

Elle était vive et a plusieurs fois fait la folle en petit trot. J’ai du à chaque fois la reprendre pour qu’on marche. On a finit par du travail monté, un peu dans la parcelle, elle était un peu mieux, mais toujours pleine d’énergie. On a fait la petite montée, ça a été, mais pas fou non plus. Mais au vue du temps qu’elle n’a pas travaillé, cela n’est pas étonnant.

  ma brouette quand je pars « travailler » mes juments.

Séance du 22/12/19 : Encore une fois, Coc’s est chaud patate. On commence en main. Elle trottine au lieu de faire du pas, ne veut pas marcher tranquillement à côté de moi, refuse de marcher dans certain coin de la parcelle. Bref, le ton est donné. Je reste calme mais ferme. Je reprend avec des « non » qui claquent, elle bouge la tête de mécontentement, tente même un petit cabré, mais je ne me démonte pas et l’on part en extérieur.

Coccinelle fait moins la fière et me suis plus calmement, je reprends quelques rares fois, mais on voit qu’elle stresse un peu de changer de lieu de travail. Je la fait marcher à côté de moi, derrière moi, on marche jusqu’au bout du chemin et on reste là un moment. On regarde les quelques voitures qui passent, j’attends qu’elle se détende, et lorsqu’elle lâche doucement la pression, je félicite chaudement.

On rentre tranquillement et je monte Coc’s dans la première parcelle. Étonnamment, elle est beaucoup plus posée et calme, travailler dans le champ enfin de compte c’est pas si horrible que ça comparé à la route et le monde hors du champ. On finit la dessus, sur une jument calme qui marche tranquillement avec moi sur son dos.

Séance du 24/12/19 : On avance doucement, les acquis et le respect reviennent vite. Jument plus calme qui écoute. Le travail a pied est plus léger, je peux me focaliser plus sur la monte. On travaille donc dans la première parcelle. La jument est alerte mais écoute bien, elle accepte de passer dans certains coin de la parcelle, chose qui n’était pas gagné lors de la reprise du travail. Elle tente le trot plusieurs fois, mais je reprends. On finit par sortir du champ et faire la petite montée, on va un peu plus loin et elle ne rechigne pas. Je redescends pour la féliciter et on finit la dessus.

Séance du 26/12/19 : On commence toujours dans la première parcelle, à pied. Jument détendue et beaucoup plus calme. Du coup, je monte la miss. Un peu moins détendu qu’a pied, elle trottine, refuse certaines directions. Je reprends calmement et voyant qu’elle chipote pour « rien », je décide sortir monter. Je l’oblige à y aller, car elle tente plusieurs demi tours, et elle me fait même de jolie déplacements latéraux. Je ne lâche pas et elle commence à partir, sur le qui vive. Voyant ses efforts et sa bonne volonté malgré tout, je descends un peu plus loin pour la féliciter.

On marche jusqu’au bout du chemin, on attend un peu. Puis on prend la direction de la maison. Je m’arrête prêt d’un petit rocher pour remonter ma jument. Elle ne bouge pas au montoir, très bon point pour elle et hop en avant. La, jument qui trottine, qui veut rentrer, qui n’accepte pas le pas. Je reprends fermement à chaque fois, elle finit par me faire des foulées de pas calme. Je descends pour féliciter.

On revient dans la première parcelle, je remonte, jument plus calme. La direction est plus fluide, elle commence à comprendre mes aides des jambes pour tourner, c’est très bien. Je finis la dessus.

les séances broutages d’après travail.

Séance du 28/12/19 : on commence toujours par marcher en main dans la première parcelle. Coccinelle est beaucoup plus calme et détendue. Je décide alors de lui faire monter la petite pente qui mène à la route en étant à ma hauteur. La première cela a été compliqué. On a donc recommencé, la seconde fois c’était mieux et nous l’avons fait une dernière fois, pour bien assimiler la chose.

Puis je monte ma jument, on marche dans le champ, elle est à l’écoute, tente quelques fois de fuir une direction, mais dans l’ensemble c’est mieux comparé à quelques jours en arrière. Je décide de sortir du champ à cheval. On refait la petite montée. Elle part sur le côté, secoue la tête, s’agace, mais je l’encourage et nous arrivons sur la route, je stoppe, félicite et descend.

L’on part à pied, moi devant jusqu’au croisement où un flot de voiture passe plus ou moins. Ca se passe bien, on passe les maisons et je lui demande de marcher à mes côtés pour le reste, elle écoute et marche rapidement mais avec une attitude calme. Une voiture passe sur notre chemin, et on se décale dans un champ pour la laisser passer. La personne s’arrête à ma hauteur pour me demander des renseignements, je répond à la personne, et Coccinelle ne bronche pas. Très bien. On reprend et on se stoppe au bout et on attend. La patience n’est pas le fort de ma jument qui veut toujours être en mouvement, il faut qu’elle apprenne aussi qu’à certains moment, on ne bougera pas et il faudra être calme.

Malheureusement de grandes bourrasques de vent viennent pimenter la sortie, les rafales se sont intensifiées, et ma jument me tourne autour, ne reste pas en place, panique même un peu. Je recadre calmement mais fermement. Je décide de reprendre le chemin du retour, et elle est sur le qui vive les 20 premiers mètres, je suis obligée de gronder et de la replacer. Elle se calme et me suis gentillement, l’encolure basse.

Lorsqu’on arrive à ma petite pente qui mène au champ, je la refais passer à mes côtés et Coccinelle écoute bien. Je remonte ma jument dans le champ, et après les péripéties de l’extérieur, là à l’abri du vent dans la première parcelle, je retrouve une jument calme, posée avec une très bonne attitude.

On fait un peu de trot, ça se passe bien, la direction elle commence a bien la comprendre, on fait quelques cercles, elle a du mal avec le principe de tourner en rond, mais elle exécute tout de même. Je décide de stopper la.

       Coccinelle qui me colle quand elle a peur.

Séance du 29/12/19 : On commence toujours par marcher dans la parcelle, Coccinelle est calme et à l’écoute, très bonne attitude avec l’encolure basse. On refait la petite pense jusqu’au chemin en étant à sa hauteur, pas terrible les deux premiers passages, le troisième mieux mais pas exceptionnel non plus.

On part direct jusqu’au bout du chemin, en la gardant à mes côtés, jument calme après avoir passé les maisons, comme d’hab. On ne va pas jusqu’au bout du chemin, on s’arrête à mon petit rocher pour monter à cheval. Jument au top qui ne bouge pas et rechigne pas. On rentre à cheval au pas. Très bonne attitude, bon pas mais calme. Je redescends à la hauteur d’un autre rocher, pas loin des maisons qui la stresse et elle remarche à mes côtés.

Coccinelle a pris peur en passant devant ma maison, pour je ne sais quelle raison, du coup elle a été penible jusqu’au champ. Retour dans le champ ou je remonte, là ça a été nulle comparé à hier, elle trottait, se dirigeait d’elle même vers la sortie, bref une horreur!

On est donc ressortit du champ et on est partit dans l’autre sens, jument très précautionneuse, prête à bondir au moindre bruit suspect, mais elle avançait quand même, on est retourné vers le champs et continué jusqu’à chez moi, jument au top. Retour au champ, un peu de trot, catastrophique et finit au pas tranquillement.

Coccinelle semble préférer l’extérieur et de suivre la route, tourner dans le champs l’agace et elle ne comprend pas trop le « truc ».

   Mes deux grosses un soir de semaine.

Séance du 31/12/19 : On commence toujours de la même façon, dans la première parcelle au pas à ma hauteur. Coccinelle est à l’écoute et appliquée. Je décide de la monter de suite, et l’on sort de la parcelle. Elle fait un peu la difficile mais en l’encourageant, elle marche d’un pas vif et déterminé. Je stoppe sur la route, on attend un peu et l’on continue sur le chemin. On va jusqu’au début des maisons et je descends la pour la féliciter.

Elle marche a mon côté le temps de passer les maisons et puis je m’arrête à l’un des petits rochers pour la remonter. Elle ne bouge pas, le montoir est très bien acquis et on continue, elle marche bien, d’un pas assuré. On va jusqu’au bout du chemin, on arrête un peu et on rentre. Coccinelle est un amour et fait tout très bien. Je redescends une nouvelle fois avant les maisons, on les passe tranquillement, et on rentre dans le champ. Je remonte la miss; on ressort, on fait quelques pas d’un côté, elle prend un peu peur, mais rien de bien méchant. On marche encore un peu, puis demi-tour dans le champ. On fait un petit trot et on stoppe la.

Bilan : L’évolution de la miss est impressionnant. Il y a à peine 15 jours, la miss était tendue comme pas possible, je ne pouvais pas monter sur son dos sans qu’elle veuille à chaque fois faire demi-tour, bref pas mal de travail. Et là, je trouve une jument qui aime l’extérieur, qui s’y sent de plus en plus à l’aise, et que ne souhaite que continuer. Une très belle progression! Je suis confiante pour la suite et mes objectifs : pouvoir faire le tour du lac sans mettre le pied à terre une fois d’ici fin Mars et en faire une jument d’extérieur d’ici la fin de l’année 2020!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.