Perdre sa motivation

le

Il y a des moments où l’on perd sa motivation. Que ce soit de monter, d’aller au club, de s’occuper de sa monture, de sortir en concours, ou autre…  Difficile de continuer dans ces conditions, alors comment fait-on?

Il est important, et ce dans n’importe quel sport, mais aussi dans n’importe quelle passion de savoir faire des pauses. Le corps mais aussi l’esprit ont besoin de phases de repos afin de pouvoir repartir au top. Ces phases sont nécessaires, inutile donc d’aller contre cela ou de vous culpabiliser! Savoir se donner quelques jours de « tranquillités » ce n’est pas une fatalité!

Malheureusement, rare sont ceux qui s’octroient ces moments, et ils finissent par tomber dans une perte de motivation qui risque de durer. C’est fort dommage, car le corps et/ou l’esprit donnent des signes avant coureur mais faut-il encore être attentif.

C’est bien beau tout ça, mais maintenant je fais quoi??? Lors d’une réelle perte de motivation, se forcer n’est pas la bonne solution. (Attention, il faut bien différencier un manque de motivation profond, d’une paresse passagère dû à l’hiver par exemple…)

Dans un premier temps, il faut faire le point : ce manque d’engouement est plus physique ou psychologique? Est-ce-que je n’ai plus le goût parce que physiquement je n’arrive plus à suivre et que je préfère me reposer? ou bien je n’ai plus envie parce que je n’arrive plus à rien de bien en ce moment et que ça me saoule?  Une fois défini, il faut retracer son historique afin de savoir pourquoi on en est arrivé là : trop de pression? trop physique? changement de coach? changement de cheval? sensation d’échec? Peur suite à une chute, etc…

Une fois le bilan fait, on peut s’attaquer au problème et même mieux, on va savoir prévenir un futur manque de motivation!

Si c’est purement physique, on laisse le temps à son corps de se reposer, sans se prendre la tête avec des « mais je peux pas, je vais perdre du niveau et mes concours approchent!! ». Si notre corps ne suit plus, c’est qu’on a été trop exigeant avec lui. Une fois bien reposé, l’on reprend doucement et on se préserve!!!! Il vaut mieux perdre un peu de temps, plutôt que de se faire une belle blessure et être au repos forcé sur une longue période ou de se dégoûter de l’équitation!

Si c’est plus psychologique, on ne se dénigre pas et on ne se dit pas qu’on est nul, mauvais, ridicule, ou autre. Des baisses de morales on en a tous et ce n’est pas grave. Que l’on n’ose plus monter après une chute, ce n’est pas dramatique, il faut du temps. Que l’on ne veuille plus monter parce qu’on se sent nul et qu’on a l’impression de régresser : on ne se prend pas la tête. On fait autre chose avec son cheval, peut-être que lui aussi en a marre et souhaite faire une pause sur cette discipline et aimerait juste sortir en balade?

Le plus important c’est de savoir s’écouter et de ne pas tomber dans « l’obligation » sous prétexte de concours, de niveau ou de pression. L’équitation est un sport à deux, et si le cavalier/cavalière se sent obliger de faire, il n’en ressortira rien de bon car il ne sera plus patient, ni bienveillant envers son cheval! Alors, on hésite pas à faire une pause dans sa pratique! Attention, faire une pause de sa pratique ne veut pas dire : ne plus aller voir son cheval et le laisser en plan! 

Oui et après? A nouveau au top de sa forme physiquement et mentalement on reprend en douceur. On a souvent tendance à reprendre à fond, de tout « donner », alors qu’il faut au contraire y aller petit à petit. Pourquoi? Parce que le but c’est de faire un marathon, avancer à chaque séance un peu plus, et pas tout faire le plus vite possible. Quand on commence a travailler son cheval, on y va doucement, et on augmente graduellement la durée, la difficulté et la technicité, on attaque pas direct avec des barres à 1m40 en CSO.

Ma motivation ne revient pas, je fais quoi? Il arrive parfois que malgré un temps plus ou moins prolongé de pause, on ne retrouve pas sa motivation. A se demander même si on ne va pas arrêter l’équitation. Pas de panique! A certains moments de notre vie, il arrive qu’on se recentre sur soi ou qu’on découvre un nouveau centre d’intérêt, ou tout simplement que la vie nous « oblige » à nous concentrer sur autre chose qui nous demande énormément de temps ( étude, travail, famille, etc…)

On ne se culpabilise pas! La première chose à faire quand on voit que la pause « dure » c’est de s’occuper de son cheval (si on est propriétaire, ou en demi/tiers de pension). Il faut trouver une solution pour que ce dernier ne soit pas « abandonné » à son sort. Une fois la solution trouvée pour son cheval, on peut enfin penser à nous l’esprit léger. On fait ce qu’on a envie ou ce que l’on doit faire (travail important, examen qui arrive, etc…).

Si notre pause doit prendre des mois, on prend le temps nécessaire, sans stress. Et si jamais on se rend compte que le cheval ce n’est plus fait pour nous, ce n’est absolument pas dramatique. L’on ne se sait pas ce que nous réserve l’avenir, alors on prend les choses telles qu’elles viennent et on fait avec. Le but ici, c’est de ne pas tomber dans une spirale d’autoflagellation, mais d’avancer dans la vie. Si le cheval ne doit plus en faire partie, alors ce n’est pas la fin du monde. Si vous souhaitez changer de discipline, et bien faites le, si vous voulez changer de club, et bien rien ne vous empêche de le faire également. Il ne faut pas se culpabiliser parce que nos goûts changent, nos idées changent, ou tout simplement que nous changeons nous même. Quand on s’oblige à faire quelque chose et ce, tout le temps, rien n’en ressort de bon. Alors au lieu de faire subir votre impatience et votre manque de bonne humeur à un cheval, arrêtez-vous et posez-vous des questions. Savoir se remettre en cause est une force, il est important de faire un bilan et de ne pas avoir peur de prendre les mesures nécessaires.

Pour ma part, j’ai été en pause durant un an. Entre mes obligations et un manque de motivation, j’ai tout stoppé avec mes chevaux. Aujourd’hui je reprend doucement. Difficile avec la canicule et les chaleurs écrasantes, du coup j’y vais doucement et je ne me prends pas la tête.

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Annawenn dit :

    Une superbe philosophie qui peut convenir à tout ce que nous faisons dans la vie
    Côté club, ce n’est pas mon dada 😁. Je préfère galoper à fond les ballons le long de la rivière et pique niquer en regardant les gros s’amuser.
    Ce soir, j’ai ouvert la clôture pour que Ganesh se sente libre. Oui, il a plus d’1 hectare de verdure mais une clôture reste une clôture pour Ganesh
    Je l’ai laissé jouer avec Gaya dans un terrain rasé, il a très largement exprimé sa joie pendant une bonne demie-heure.
    Ensuite, je l’ai rappelé pour qu’il rentre. J’ai eu le droit à un câlin énorme et délicat lol.
    Bon, je vais reprendre mes 2 randonnées par semaine, au moins pour user leurs pieds. Toujours pas ferrés, leurs sabots sont adaptés à nos sols. Je trotte sur le goudron pour éviter le parrage. Il faut anesthésier Ganesh sinon. Il donne ses pieds à David si quelque chose le gène, autrement, non.
    Il reprend son pied et s’en va….. comme il n’est jamais attaché.
    Avec Ganesh, je pourrais faire des concours de cross, ça nous amuse. Par contre, sauter 1m40 avec la selle de cheval de trait, je n’y pense pas 😂.
    C’est hyper large, mes adducteurs ne sont pas encore bien habitués
    Je laisse le club aux amateurs et je garde secrets mes petits sentiers de montagne.
    Bonne reprise à toi. A bientôt

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.